« Plus que jamais, à nous de choisir nos combats »

Le DG de SFERIS, Jean-Claude Mathieu, a présenté le 20 mars dernier au magazine « Le Moniteur » les défis que SFERIS doit désormais relever.

Jean–Claude Mathieu, vous êtes DG de SFERIS depuis décembre 2014. Quel est votre parcours ?

Je suis issu du Groupe SNCF. J’ai en particulier travaillé à l’Ingénierie sur des grands projets : la LGV Est, le raccordement de la LGV Rhin Rhône ou encore le tram-train de Mulhouse. J’ai aussi participé à des chantiers de régénération et à des projets franciliens comme Eole et Rosa Park’s. J’étais d’ailleurs à la maîtrise d’oeuvre générale de la Direction des projets franciliens avant de rejoindre SFERIS.

Le SFERIS de 2015 n’est plus celui de 2012. Comment le décrire aujourd’hui ?

SFERIS, c’est une société de plus 430 salariés, qui réalise environ 45 millions d’euros de chiffre d’affaires.
Décrire SFERIS, c’est donc d’abord citer cette croissance très rapide.
Décrire SFERIS, c’est aussi parler de ses métiers : en trois ans, la société s’est déployée dans tous les métiers du ferroviaire : la sécurité des chantiers, la maintenance et les travaux neufs en voie, caténaires et signalisation.
Décrire SFERIS enfin, c’est évoquer notre positionnement : SFERIS est aujourd’hui l’un des principaux acteurs de la place, voire le leader pour ce qui concerne la sécurité ferroviaire.

La forte croissance des débuts s’est donc confirmée. À quoi tient – elle ?

Lire la suite de l’article de Le Moniteur